Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Santé’ Category

Le IVe Congrès mondial des infirmières et infirmiers francophones s’est tenu en juin dernier à Marrakech, au Maroc. Y ont participé près de 1400 personnes de 25 pays différents.

Puisque mon résumé risque d’être plus long que le texte original :),  voici un article concernant la Tunisie.

GROSSESSE À RISQUE

Un programme de suivi en Tunisie

Lors d’un séance parallèle portant sur la santé maternelle et infantile, l’infirmière Akila Haddaa Sakly, sage-femme et professeure à l’Institut supérieur des sciences infirmières de Sousse, en Tunisie, a présenté un programme visant à évaluer la prise en charge des grossesses à risque dans la circonscription de Sousse. La mortalité périnatale est un problème préoccupant dans ce pays. En effet, le taux de mortalité périnatale en 1994 était de 69/100000. Comparativement, ceux des pays nordiques sont actuellement de 4 à 8 /100 000 et de 8 à 12/100 000 en Europe.

Afin d’évaluer la prise en charge des grossesses à risque élevé (GARE) dans les structures de première ligne, c’est-à-dire dans les centres de santé de base et les centres de protection maternelle, une étude a voulu vérifier si le suivi était conforme aux recommandations du programme national de périnatalité de la Tunisie.

Ce programme recommande un minimum de cinq visites pendant la grossesse, la deuxième effectuée auprès d’un médecin gynéco-obstétricien. Le calendrier des visites recommandées est le suivant : une première visite avant la 12e et la 15e semaine, la troisième entre la 22e et la 28e semaine et la quatrième entre la 32e et la 34e semaine.

L’étude rétrospective a porté sur les dossiers de 1257 femmes et s’est déroulée pendant un an du 1er janvier 2006 au 31 décembre 2006. Sur cette population, on a établi que 229 femmes (18 %) avaient des GARE. Elles devaient avoir au moins un facteur de risque pour faire partie de l’échantillonnage.

Les facteurs de risque considérés sont divisés en plusieurs catégories, nommément les facteurs héréditaires, les affections maternelles, les antécédents gynéco-obstétriques, les facteurs individuels et socio-économiques tels que l’âge, la taille, le niveau de scolarité, et la grossesse actuelle.

Les caractéristiques de l’échantillonnage ont révélé que 80,8 % des femmes avaient un niveau d’étude primaire et que 51 % étaient des femmes au foyer. Les facteurs de risques étaient de 27 % pour une grossesse dépassant le terme (soit > 42 semaines de gestation), de 16,5 % pour la toxémie gravidique, de 13,5 % pour un âge extrême (soit > 35 ans), de 10,4 % pour un utérus cicatriciel et finalement, de 8,7% pour l’anémie (en 1997, ce taux était de 32,3 %)

L’étude a démontré que 81 % d’entre elles se présentaient à la consultation du premiers trimestre, 72 % à celle du deuxième trimestre et 70 % à celle du troisième trimestre. L’étude révèle également que le nombre de consultations par grossesse est adéquat mais elles ne respectent pas le calendrier du programme national. Les conclusions démontrent que ces GARE majorent le risque de mortalité maternelle périnatale et qu’il est important d’en assurer une prise en charge conformément aux recommandations du programme national de périnatalité.

Les recommandations découlant de l’étude consistent à sensibiliser les sages-femmes à l’importance du respect du calendrier des visites, renforcer l’importance des visites et améliorer la qualité de chaque visite, car les sages-femmes ont un ratio de femmes trop élevé pour assurer la qualité de chaque visite.

Diane St-Cyr, inf., B. Sc., M. Éd.

Perspective infirmières, septembre/octobre 2009, vol. 6, n˚ 5, p. 39

Vous pouvez trouver tous le dossier consacré au IVe Congrès mondial des infirmières et infirmiers francophones à cette adresse IVe Congès SIDIIEF

Publicités

Read Full Post »

Le billet d’Art.ticuler  في تقليم الأظافر m’a inspiré celui-ci.
Une bonne hygiène et inspection quotidienne des pieds et des chaussures est très importante pour les personnes atteintes de diabète.

Les neuropathies périphériques (atteintes des nerfs aux extrémités du corps) comptent parmi les conséquences du diabète et peuvent se manifester par une baisse de la sensibilité au toucher, à la douleur et à la chaleur, par un engourdissement ou un fourmillement (paresthésie), et la liste est longue… En plus, le diabète ralentit la cicatrisation.
Il n’est donc pas rare de voir des personnes arriver à l’hôpital, le talon ou le pied à moitié nécrosé (gangrené, dont les tissus sont morts) parce qu’elles n’ont pas senti une punaise ou une écharde leur rentrer dans le pied. Ça reste là des jours et des jours, la plaie s’infecte, etc.

Pour éviter ces désagréments, on s’occupe de 3 choses : les ongles, les pieds et les chaussures.

Les ongles :
Ils doivent être coupés au carré et limés de façon à ce qu’ils ne soient pas coupants (l’idéal serait une pédicure) et on ne va pas chercher les coins de l’ongle.

Les pieds :
Si on ne peut pas sentir, il faut voir et s’extasier devant la plante de ses pieds 15 minutes tous les soirs. Non, à moins que ce ne soit un fantasme…
Faire une petite inspection, à l’aide d’un miroir, par exemple. Et ne pas oublier de bien bien bien se sécher les pieds et entre les orteils (pour éviter les irritations et donc d’éventuelles plaies qui mettraient beaucoup de temps à cicatriser). Ne pas marcher pieds nus est aussi un moyen d’éviter de se blesser.

Les chaussures :
On regarde à l’intérieur et on les secoue à l’envers pour être sur qu’il n’y a rien qui blesse. Pensez ne serait-ce qu’au nombre de fois ou vous enlevez des petits cailloux de vos chaussures, surtout l’été.
Et pour finir, rien de mieux que des chaussures fermées à la bonne taille; pas d’ampoules, pas de blessures.

Read Full Post »

كليمتين خفاف نظاف للجماعة إلي تحب تضعاف: راهو السّونا ما يعمل شيء.
ما جبتش الصّيد من وذنو، صحيح. أما ماو كي تسمع العوج مرة و إثنين و تلاثة تقول ما فيها باس كي الواحد يجاوب.
وضع الإنطلاق: زويّز بنيّات يحكيو في الفستيار على آمالهم إنهم يضعافوا بشرط إنهم يواضبوا على التمرين متاعهم إلي هو ساعة غير ربع في السّونا.
الفرضيّة : الشّحم يذوب في بيت السخون
هذا معناه إنو أي مرا تونسيّة سمينة ما تمشيش للحمّام.
فهمتو و إلا نْكمّل؟
بالنسبة للي مازالو مكبشين في الفرضيّة نقوللكم تفكروا العيد الكبير. إيه نعم العيد الكبير و العلّوش و خاصّة المشوي. شحم العلّوش و شحم العبد كيف كيف كلو بوه على خوه دُهْنِيَّاتْ.
إمّالا تنجموا تفسرولي كيفاش باقي العلّوش بشحمه بعد ما طاب و تِشْمَطْ على النّار؟ و هو أمّا أسخن النّار و إلا بيت السخون؟

Read Full Post »